Peintures

Avec mes pinceaux, j’aime transposer un imaginaire coloré inspiré de la nature et de mes voyages. Je traduis ainsi, d’une manière poétique, mon engagement professionnel au service de l’écologie et du paysage.

L’aquarelle, l’encre, le dessin à la plume font partie intégrante de mon quotidien, aussi bien lorsque je voyage que lorsque je laisse les couleurs et l’imaginaire prendre place sur le papier.

Chaque voyage réalisé est illustré d’un carnet de voyage à l’aquarelle ou à l’encre (les plus aboutis Bolivie/Pérou, Quebec, Madagascar, Islande).

Mars 2019 : Parution du conte Tchock la Grenouille Clochette aux éditions nombre7, textes Jean-Louis Nezan et illustration Pauline Delforge. Vous pourrez vous procurez le livre sur sur internet, sur le site de la maison d’édition : https://librairie.nombre7.fr/recits-poetiques/699-tchock-la-grenouille-9782368325537.html?fbclid=IwAR2-9PazZIofhLd7fzLTT6__P_fLBc5BudWCQqi4Q6lLGNTcxes2k9Ytlos

Depuis 2017, j’ai l’occasion d’exposer lors des rendez-vous jardins au début du mois de Juin, aux côtés du jardinier-paysagiste Arnaud Brouté.

2019, Rendez-vous aux Jardins : Jardin de la Rejonière

Un jardin de surprises, ente vignes et pâtures, qui s’épanouit entre ses murs de pierres dorées. Une belle collaboration entre sa créatrice et le jardinier-paysagiste passionné, Arnaud Brouté.

Un travail de complicité entre la plume de Jean Louis Nezan et mes pinceaux a donné lieu à l’édition du conte Tchock la Grenouille clochette début 2019, par la maison d’édition Nombre7. Des lectures du conte aura lieu le vendredi 7 et le dimanche 9 juin, à la Rejonière (Ternand, 69620) , suivi d’une séance de dédicace.

2017, Rendez-vous aux jardins : Jardin de la Rejonière

Peinture à l’encre et à la plume, exposées dans un lieu de qualité au côté d’une exposition de délicieux luminaires végétaux, PlantinLight.

2016, Jardin de Phiménon et Baucis

Exposition dans le pavillon du jardin où les vitraux ont su accompagner les encres colorées au fil de la journée. Peintures sous le signe de l’impermanence. Article dans le journal Le Progrès, Renaissance d’un jardin à l’abandon

Car la nature, comme l’homme, est toujours en mouvement.
Car chaque situation est impermanente.
Car tout dépend du regard qu’on adopte.
Car l’agréable peut devenir pénible.
Car la douleur peut devenir caresse.
Car la fleur apparaît pour disparaître.
Car l’arbre se transforme à chaque saison.
Car la vie mérite d’être vue en couleurs chaque jour.
Couleurs qui se teinteront, se mélangeront, s’étaleront…

Peintures à l’encre de chine

Peintures à l’encre

Bande dessinée

Extrait de carnet de voyage

Madagascar, Bolivie/Pérou